Création du club par Roger Latruberce

1967 : Nommé en Juin 1967 directeur de l’école Ordener à Ris-Orangis, ROGER LATRUBERCE s’y installe avec sa petite famille, Éliane son épouse et ses trois enfants, Marie-France, Catherine et Marc en Septembre 1967.

L’école, à peine achevée, est inaugurée par Mr COLLET, maire. Il manque des aires sportives pour assurer l’Éducation Physique et Sportive. Elles seront construites n 1968…plus tard.

Il faut dire que Roger Latruberce a toujours donné au sport une place aussi importante qu’aux disciplines majeures de l’éducation.

· Une âme saine dans un corps sain…

· Le goût de l’effort partout, intellectuellement, physiquement, individuellement, collectivement…

Dans son poste précédent, à Ormesson sur Marne, instituteur à l’école Jules Ferry, il avait assuré l’enseignement de l’Éducation physique quotidiennement, prolongeant cet enseignement par l’animation d’une association scolaire (hand ball, cross-country, athlétisme) fonctionnant tous les mercredis.

La réussite fut telle dans le département de Seine et Oise (il n’éclata qu’en 1967) qu’il créa et anima un club de hand ball, affilié à la Fédération Française de Hand Ball (F.F.H.B.) où il s’occupa de nombreuse équipes benjamins, minimes, cadets, juniors – – aidé par son épouse, Éliane, et sa fille aînée, Marie-France.

Grâce à de nombreux stages de perfectionnement (pendant les vacances), l’Union Sportive d’Ormesson devint un grand club de jeunes handballeurs dont l’étoile, JEAN-LOUIS LEGRAND, devint un grand nom du hand français : 150 fois international, capitaine de l’équipe de France, de multiples fois champion de France avec la Stella Sports de St Maur.

Septembre 1967 : Revenons à Ris-Orangis ; rien à l’école Ordener, pour la pratique de l’éducation physique et sportive…

Alors, R. LATRUBERCE , en traversant avec ses élèves les Hameaux de la Roche (en courant) découvre au bord de la Seine, rue de Fromont, un terrain vague dont la partie dégagée s’orne d’une paire de poteaux de football…

Partout, alentour, grandes herbes folles, orties et autres ronces. C’est suffisant pour des exercices d’endurance…

Le dimanche après-midi suivant, R. Latruberce prend un ballon de rugby (il en avait trois) et descend avec ses trois enfants au terrain de Fromont pour s’amuser en famille… Comme des jeunes utilisaient un but de foot, la famille Latruberce s’amuse dans le reste du terrain à le dévaler en passes de rugby, accélérations, redoublements… et un petit jeu à toucher..

Un des garçons vint voir Catherine (la 2è fille Latruberce) qu’il connaissait, étant dans la même classe au CES Camus.

« On peut jouer avec vous ?

– Bien sûr »

Le jeu de passes ovales plut car les autres garçons se joignirent à eux… Et ce fut un match de rugby, à toucher d’abord, à plaquer après.

L’un des garçons (un gars de 3è !) trouva même que Marie-France Latruberce, l’aînée, courrait vite et plaquait sec !

Quand ce fut la séparation, on promit de revenir jouer à ce jeu épatant, où on pouvait se servir de ses mains et de ses pieds !

Ce fut le début de retrouvailles régulières avec des garçons, d’âge benjamin et minime.

1968 : L’école Ordener est pourvue de terrains de hand ball et basket.. que Roger Latruberce utilise… Et, à la rentrée 1968, il crée une association sportive scolaire (AS Ordener) où, (les mercredis après-midis) on s’entraîne au hand ball à l’école, et au rugby rue de Fromont.

Une fois par mois, l’école est confrontée à d’autres écoles en rencontres scolaires (Montgeron, Athis Mons, Vigneux, etc…) dans lesquelles les mordus s’occupent de gosses aimant le sport…

Sports pratiqués : hand ball, cross, rugby, athlétisme en été. Catégories benjamins et minimes. Ajoutons que, en rugby, l’éventail des jeunes pratiquants s’enrichit de copains du « Plateau » de Ris-Orangis, copains du jeune Marc Latruberce au collège Camus, où œuvre un prof d’EPS épatant, BAILLY.

En rugby, on retrouvait Arpajon, les quelques écoles de l’Essonne qui jouaient à l’ovale, où les instits étaient tous des types du Sud Ouest et du Sud Est…

C’est Raoul LACHATRE, prof de gym au collège d’Arpajon, qui organisait ces regroupements rugbystiques scolaires…

Ajoutons que, déjà, la nouvelle structure ovale départementale, menée de main de maître par LACHATRE, prenait de l’importance, année après année…

Ces Mercredis scolaires rugbystiques étaient couronnés, au printemps, par un énorme tournoi benjamins (à 7) minimes (à 8) cadets (à 12)… La F.F. Rugby en eut vent puisque le grand Villepreux vint le présider et, justement l’école Ordener de Ris-Orangis le gagna en benjamins et minimes.

Les jeunes firent circuler les coupes ! Des papas, enthousiastes, vinrent faire la connaissance de R. Latruberce, en l’assurant de leur bonheur de voir l’ovale éclore à Ris… D’autant plus que Bailly, à Camus, en faisait autant en U.N.S.S.

Ainsi, des types formidables comme Pierre SIMON (Brive) Albert SAMANIEGO (Boucau) Henri COIGNARD (Vendéen) Gérard RUFFAT (Quillan) Laurent VACCON (Toulon) Raymond PIAZZA (Bayonne) Roland GUERIN (Poitiers) et bien d’autres se déclarèrent prèts à à faire démarrer le rugby au comité Ile de France, en créant une nouvelle section de l’USRO…C’était en 1970.

R. Latruberce accepta à la condition qu’il n’ait à s’occuper de quoi que ce soit d’administratif, d’organisation… étant déjà débordé par son travail de directeur d’école (et formateur de Normaliens), les entraînements des jeunes, les compétitions scolaires…

C’est ainsi que la F.F.R. (et l’USRO) s’enrichit d’un nouveau club dont le bureau restera dans les annales de Ris par son enthousiasme, son dévouement, son dynamisme, ses compétences dans tous les domaines, sa gaité !

Président : Pierre Simon

Vice-président : Tournadre

Trésorier : Laurent Vaccon

Secrétaire : Pierre Carréard

Membres : Samaniego, Lentz, Piazza, Ruffat, Bailly, Latruberce, Guérin, Goupil (un jeune instituteur plein de talents pédagogiques) bientôt rejoints par bien d’autres, tout aussi ardents.

Ils oeuvrèrent dans de multiples directions :

Ils harcelèrent la municipalité de Monsieur Perrin pour qu’elle acquière le terrain de Fromont et qu’elle y aménage un terrain de rugby et des vestiaires. Il faut rendre grâces à Mr Perrin et son équipe qui dotèrent le nouveau club d’un superbe terrain.. E au fil des ans, s’ajoutèrent deux autres terrains dans le même site…

Et quelle émotion lorsque tous virent, dressés vers le ciel, les poteaux en H flambant neufs !

L’école de rugby, avec Latruberce et Goupil pour les poussins, benjamins et minimes, Bailly pour les cadets, tourna à plein régime.

Le bureau engagea au comité d’Ile de France une équipe senior en 4ème série ! Pari audacieux que ces quadragénaires (au moins) relevèrent avec foi, rechaussant les crampons, encourageant amis et voisins (certains n’avaient jamais vu un match de rugby) à s’entraîner et mouiller le maillot (bleu ciel et blanc au début, bleu et jaune plus tard).

Il fallait voir ces types, cadres de haut niveau souvent, s’éreinter à l’entraînement et accepter les tâches les plus humbles du pack ! Voici quelques précisions :

1ère ligne : Vaccon (trésorier/pilier Gauche) Coignard (Talonneur) Simon (Le président/pilier droit)

Et Ruffat, Corréard, Piazza, Lentz, Bailly (le joueur polyvalent d’une vaillance rare !), Samaniego (le racé), Procaccia, Guérin, Guéné, Roxalane, Pichereau, Glatz (deux jeunes). Et bien d’autres, rentrant fourbus, crottés, rompus, les dimanches soirs… Les épouses, épatantes, contribuèrent à ce que tout ce petit monde devint une bande d’amis.

L’école de rugby, abondante, atteignait un excellent niveau. Latruberce et Goupil se perfectionnèrent en stages d’éducateurs (pendant les vacances…) à Corbeil, Soustons, l’INSEP… où Latruberce décrocha son 2ème degré (avec Deber-Cajan- Darrouy- Jean-Michel Mir)…

Bailly drivait superbement les cadets…

L’école de Rugby acquit une solide réputation, au point d’être invitée par le PUC, le Stade Français, la VGA St Maur.

Et les jeunes, au fil des années, renouvelèrent l’équipe première qui gravit petit à petit les échelons du comité d’Ile de France : 3ème série, 2ème série, 1ère série, championnat de France Nationale 3.

Les « vieux » de l’époque héroïque formèrent la réserve, puis se consacrèrent entièrement à bien gérer le club et toutes ses équipes.

La municipalité fournissait des cars pour transporter les joueurs de l’école de rugby (des poussins aux cadets) pour les déplacements où poussins, benjamins, minimes et cadets se régalaient et s’amusaient.

Chaque semaine, réunion de la commission technique (en fait presque tout le bureau) à l’école Ordener, devenue le cœur du club. Que d’équipes dressées au tableau noir, de discussions passionnées, de décisions difficiles et … de rigolades épiques !

Latruberce : « Qui a foutu des cendres dans les encriers ? Hein ! on ne fume pas ici ! » Et les autres de s’esclaffer !

Cette ambiance joyeuse et bon enfant enrichissait l’esprit du club, tourné vers un jeu spectaculaire et complet, auquel tous croyaient dur comme fer ! Le regretté Samaniego : « A l’attaque ! à la main ! comme à Bayonne ! »

Dans l’école, Eliane Latruberce assurait 2 fois par semaine, des séances de gymnastique pour les dames… Sans compter les coups de mains les mercredis après-midi à l’école de rugby et ..aux déplacements ! « Hep ! On ne laisse rien traîner dans le car et sur les terrains ! Jetez dans les barils ! » (des barils de lessive dont se servait R. Latruberce pour apprendre à « cadrer »).

Pierre Simon, aux compétences immenses, devint vice-président du Comité d’Ile de France, trésorier de toute l’USRO…Monsieur Mercier le remplaça à la présidence du club…

Le temps passa, tous ces acteurs vieillirent, certains partirent, mais rien ne fut perdu, au contraire.L’élan ne retomba jamais ; Présidents, éducateurs, animateurs se sont succédés…10ans, 20 ans, 30 ans… et l’USRO-Rugby est toujours là et bien là !

Que de difficultés, qui en auraient découragé beaucoup, ont été vaincues..

L’USRO-Rugby vit, éduque, anime, joue et c’est bien réconfortant !

Bonne continuation et félicitations à tous ceux qui oeuvrent pour elle !

Roger LATRUBERCE

Print Friendly, PDF & Email

9 Responses to Création du club par Roger Latruberce

  1. Ghiringhelli Fabrice dit :

    La lecture de ce petit historique avec M Latruberce m’a donné le sourire.
    Que de souvenirs avec cet homme instit à Ormesson …les équilibres dans le couloir pendant les devoirs, le hand sur le bitume, les pyramides avec barre, les « landis »,et tellement d’activités physiques que… je suis devenu prof d’EPS..
    Sans oublier les sorties pour voir des matches internationaux avec son fils Marc..
    Bonne journée
    Fabrice

    • MARCO dit :

      Boujour Fabrice,
      L ‘edr d’aujourd’hui continu de suivre le chemin tracé par monsieur Latruberce , si vous voulez passé nous voir nous sommes sur le pré tous les mercredi .
      Bruno éducateur a Massy est il de votre famille ?

      MARCO garant du projet Rissois

    • XXX? dit :

      Bonjour Fabrice
      Un de tes collègues (eh oui, moi aussi je suis PdG) a croisé ton chemin quand tu étais chez Latru ; à l’époque, il était lycéen et il a pris en charge ton équipe après son départ pour Ris.
      Une sacrée bande, cette équipe qui remporta les premiers jeux du val de marne minime
      Es-tu toujours en contact avec les copains de l’époque (Dominique and co)
      Tu peux avoir mes coordonnées par Marco
      Je ne te donnes pas mon nom pour te laisser réfléchir (pas très longtemps j’en suis sûr)mais tu as mes coordonnées
      A+
      XXX?

  2. Daguin Christophe (Kiko) dit :

    Élève de M. Goupil en CE2 puis de Roger Latruberce en CM2, donc enfant de la balle, j’ai fait du rugby ma religion. Pratiqué à Ris de 1972 à 1996 ( plus quelques piges en vétéran jusqu’en 2008 env.), ce magnifique jeu ( qui a bien changé et est devenu pour certain un métier) continue à alimenter ma passion grâce âmes fistons qui pratiquent à leur tour .
    Roger sera pour toujours mon père spirituel !

  3. Patrick ALIZON dit :

    Un rendez-vous pour les ancien/nes, mais également avec les jeunes d’aujourd’hui, en hommage à Roger : je suis pour !
    Ce 2 juin 2016, la météo ne s’y prête pas, d’évidence.
    Les dégâts des derniers jours du fait des inondations massives n’augurent pas de jours sereins pour bon nombre de franciliens.
    La fin juin ? A voir.
    La section Rugby de l’USRO est-elle en capacité d’organiser cet hommage ou faut-il créer un réseau de donateur/trices pour créer cet évènement ? Je pose la question et demeure dans l’attente d’une réponse.
    Roger LATRUBERCE mérite une telle initiative !

    Patrick ALIZON, Rugbymen 1972-1974.

  4. PROCACCIA dit :

    Je n’avais jamais lu cette description de l’éclosion du club alors que je l’ai vécu toute ma jeunesse. J’y retrouve toute notre enfance avec plaisir et ses mémorables souvenirs d’après-midi sportives scolaires passées avec Roger. A cette époque le maître était quelqu’un de respecté, on le suivait, on l’écoutait. Il a tout fait pour inculquer des valeurs, des valeurs de partage , d’effort, de solidarité. Nous étions fiers d’appartenir à cette école et de la défendre aux cross, tournois de hand et de rugby.
    Je nous revois tous, un baril de lessive à la main avec les ballons descendre les hameaux pour rejoindre le terrain.
    Maintenant Roger a disparu, mais il restera toujours pour nous un exemple.

    • ROBERT Pascal dit :

      Mr PROCACCIA, nous avons partagé pendant quelques temps ce plaisir de jouer mais aussi les bancs de l’école Ordoner dans la même classe.Il y a à peu prêt 3 ans, J’ai croisé et discuté un peu avec Mr LATRUBERCE chez mon Kiné (centre commecial des Hameaux) et je ne pourrais pas definir l’émotion que j’ai eu à partager avec lui ce moment là. Ca serait pas mal de pouvoir se rencontrer et ce rappeler de bon vieux temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by WordPress | Designed by: photography charlottesville va | Thanks to ppc software, penny auction and larry goins